Action 1, 2020, 4"15', vidéo, télévision de vidéo-surveillance analogique

// LES RESIDENCES FACTICES

Les résidences factices forment un ensemble d’interventions artistiques réalisées dans les lieux de travail où j’ai été embauché en tant qu’intérimaire ou salarié.
À la différence d’une réelle résidence, les résidences factices ne sont pas programmées par les acteurs culturels. Je m’auto-proclame en résidence et me donne pour objectif de faire de mon lieu de travail un atelier de réflexion dans lequel je m’immerge et développe ma recherche de création.

 

Ces résidences peuvent être consenties par l’établissement dans lequel j’exerce la profession, comme par exemple à la boulangerie La Craqueline, mais peuvent aussi se dérouler à l’insu de tous, comme dans l’usine à pop-corn Natais. En fabriquant de toutes pièces ces résidences, je me saisis de ce qui compose ces lieux et mène une série d’actions pouvant se dissimuler dans l’espace.

/ RESIDENCE FACTICE, Nataïs, Bézeril, Gers

   02.02.2020 - 30.06.2020

Ma deuxième résidence factice a lieu dans l’usine à Popcorn Nataïs, situé dans le département du Gers. Après avoir signé un contrat d’intérim sur la période du 2 février au 30 juin 2020 me voilà opérateur prémix; un métier qui consiste à préparer les saveurs des Popcorn.

 

Mon atelier se situe au premier et dernier étage de l’usine. Là-haut, dans cet espace d’environ 200 mètres carrés, je suis le seul individu à travailler.

Étrangement, aucune caméra ne me surveille. Seul le son grinçant d’un escalier métallique peut m’avertir de la venue d’un membre de l’équipe.

 

Alors que cette résidence se déroule à l’insu de tous, j’observe mes propres gestes et m'empare des objets présents, des outils de travail que je manipule au quotidien afin de réaliser des petites actions d’entre-deux, pouvant s’infiltrer, se dissimuler et passer inaperçu dans cet atelier. Ici, soit je romps moi-même l’action, soit c’est l’arrivée d’un salarié qui le fait.

Baptiste Dété©